Création 2009

On the road toujours

Eloge de la « déglingue » et d’un certain rock & roll

Tranche de survie d’un couple d’éternels trimardeurs lors d’une halte forcée liée à la rupture de l’essieu avant de leur caddiravane…

A slice of the hard life of a couple whose eternal wanderings are unavoidably interrupted by a broken axle on their shopping cart-mobile…

Presse:

télérama sortir 3252 09 mai 2012

Extrait video

Quelques photos

Le roy a fait battre tambour

Création Juin 1999.

Tragédie avec reine bafouée, patinoire et parfum fatal.

Presse.

Une « Rafale » d’applaudissements à la maison de la terre cuite.

Pascal Villoutreix a voulu offrir , dans le cadre du festival sous la grange, un spectacle de qualité interprété magistralement par deux comédiens de grand talent.

(…) « Chienne de vie ». En traitant de la misère, des privilèges, de leurs conséquences sur la raison et les sentiments, « Le roy à fait battre tambour » renseigne un peu plus sur la condition humaine  » cette chienne de vie » qui attend chacun de nous au coin d’une rue sombre et étroite, et fait réfléchir à ce qui est plus important en ce monde : vivre fortuné et malheureux sentimentalement ou bien misérable mais le coeur pénétré d’un sentiment d’amour éternel.

La barbe bleue

affiche

Création 1997.  Nouvelle version 1998.

(Très librement adapté de Perrault)

Tragédie avec reine bafouée, patinoire et parfum fatal avec public acteur de la dernière noce.

Presse.

La compagnie Louise Rafale s’est attaquée avec bonheur à l’un des classiques de littérature enfantine. La compagnie adapte le conte pour donner au personnage central, collectionnant les cadavres de ses épouses, une ambiguïté nouvelle. Au passage, les stratégies du mariage d’une autre époque sont sérieusement égratignées. (…)

Ouest France 13 Août 1997.

La malédiction des Conquistadors

Création Juin 1995.

Politique-fiction débile avec marionnettes de chair et de sang en castelet.

Presse.

Il court, il court, l’énigmatique objet après lequel tout le monde court. Bang ! Bang !… et rebang ! Tirez donc pas sur le journaliste, il le sait, lui « pourquoi c’est qui court après l’objet que l’avion de chasse de l’armée transportait ceux qui courent après ? » Aïe !…trop tard.

Entre théâtre, film, grand guignol et bande dessinée, le spectacle de la compagnie Louise Rafale distille tout sauf l’ennui. (…)Cette farce moderne brasse avec une certaine ironie une bonne quantité de symboles. Peinture réaliste de la comédie humaine, ce spectacle de grande qualité remet avec humour chacun à sa place.

L’écho de la presqu’île. 13 Juillet 1995.

L’empereur des fleurs

Création Décembre 1994.

Conte écologiste avec sorcière et chardons génétiquement modifiés.

Presse.                                                                                                              

Comme toujours, l’histoire, les dialogues, la mise en scène, décors et       costumes étaient l’oeuvre originale de la compagnie. En revanche,    c’était la première fois qu’elle présentait un spectacle destiné aux    enfants… sans oublier qu’ils sont généralement accompagnés de leurs parents. Résultat : un conte écrit en stéréo qui entraîne les enfants dans le pays merveilleux de l’empereur des fleurs et les adultes dans une cascade d’expressions à double sens et de situations loufoques. (…)Un spectacle irrésistible…

Janvier 1995.

Les produits de l’Amer

Interventions pour l’opération » H2O ». Rencontres intercommunales sur le thème de l’eau.

1994

Étal de déchets tenu sur les marchés avec clients et masques à gaz.

La bête du Cap Sandell

Création Juin 1994.

Attraction foraine avec marin explorateur et reptile géant mangeur d’homme.

Presse.                                                                              

Comme toujours, les quatre artistes de  la troupe signent l’intégralité du  spectacle. l’épopée du marin Stanislas Sandell sert de prétexte à des  scènes délirante, époustouflantes de drôlerie. L’auditoire est sans cesse  surpris par un texte « bourré » de trouvailles, de réparties. Et la chute n’est jamais celle qu’on attend. Jeux de mots et pléonasmes s’enchaînent à toute allure. La compagnie n’a pas mis longtemps à séduire son public.

Echo de la presqu’île. Du 17 au 23 juin 1994

Combat de Sörls

spectacle de rue , création 1992.

Joute traditionnelle médianéenne avec cavaliers greffés à leur monture.

Combat de Sörls

 

Presse. Première prestation au festival d’Avignon pour la compagnie Louise Rafale et déjà le  succès semble poindre à l’horizon. (…)De là à écrire que la compagnie Louise Rafale sera  certainement l’une des révélations de cette édition 93, il n’y a qu’un pas que nous franchirons  sans regret. A voir, revoir et réfléchir. Place du Palais des Papes.  (Dauphiné Libéré 18/07/93)

Cinémassacre. Boris Vian.

Premier spectacle de la compagnie.

Création 1990.

Un bar quelque part. Un même leitmotiv : « quel temps, ça fait huit semaines que ça dure ! ». Les bons vieux clichés éculés dévorés à la sauce dérision…

Presse .

« Tiens, le public est là ! Bonsoir ! »

Et c’est parti. Vian nous emmène au cinéma. Et croyez moi, ce n’est pas triste. (…) Le public est attentif et les acteurs précis. Le spectacle s’arrête. Le public reste encore avant de réagir. « Zut, c’est vraiment fini ! »

L’olivier- Juillet 1990.

© 2010 - Compagnie Louise Rafale | Réalisation Image et Net